Les Pourfendeurs, épisode 4, making-of et quelques nouvelles

Salut tout le monde ! Je me rends compte que je n’avais rien posté ici depuis cet été, même pas pour la sortie de l’épisode 3 des Pourfendeurs (alors que François TJP a fait un excellent travail dessus !! Je suis impardonnable). Faut dire que la rentrée a été particulièrement chargée pour moi question boulot, assez épuisante même. Heureusement, ça commence à se tasser un peu (je dis bien un peu), et je peux enfin m’atteler à différents projets, mais ça j’y reviendrai plus tard.

Déjà, si ce n’est déjà fait, cliquez ici et allez donc écouter l’épisode 4 qui vient de sortir !  Notez qu’il y a un menu en bas de page, si vous voulez écouter les épisodes précédents (c’est mieux, quand même niveau compréhension).

Maintenant que c’est fait, je vais m’employer à faire un petit « making-of », c’est pas quelque chose dont j’ai l’habitude, mais bon, justement, c’est cool d’essayer ! Bref, attention aux spoilers, je vais partir du principe que vous êtes « à jour » dans l’écoute de la saga. Bref, si vous voulez pas être spoilé, arrêtez-vous là ! Sinon, cliquez sur « Continuer la lecture »

Après l’épisode 3 (il y a un mois et demi à peu près), on savait à peu près dans quelle direction on voulait partir pour la suite, François et moi. Je dis François et moi, mais je m’appelle François aussi, c’est fun, mais si je parlais à la 3ème personne, vous comprendriez que dalle. Bref, cessons tout de suite les digressions inutiles. D’ailleurs vous savez comment on fait une bonne pâte à gauffre ? Nooon, j’ai dit stop. Stop !

Bref, on était déjà à peu près sûr du titre (Le Bon, la Brute, et le Truand), qui comme vous l’aurez remarqué, est un hommage très subtil à Star Wars. Non pas du tout, bien sûr, il s’agissait d’explorer une nouvelle facette des USA, à savoir l’ambiance Western spaghetti, qu’on avait déjà insérée par petite touche dans les premiers épisodes, mais là on voulait que l’épisode entier se situe dans ce type d’univers.

Regardez moi cette gueule… On dirait qu’il est tout constipé !

Avant de m’atteler à l’écriture, j’ai, et ce pour la première fois, entrepris une réelle immersion dans l’univers pour m’en imprégner un maximum… Non je ne me suis pas rendu aux Etats-Unis, mais j’ai simplement enrichi ma culture cinématographique (défaillante, hélas), en visionnant coup sur coup chaque film de la trilogie du dollar (Pour une poignée de dollarsEt pour quelques dollars de plus et Le Bon, la Brute et le Truand), de Sergio Leone. J’en avais déjà vu un ou deux quand j’étais plus jeune, mais je m’étais jamais réellement plongé dans cet univers. J’ai continué avec Il était une fois dans l’Ouest, et plus récent, Django Unchained, que je n’avais toujours pas vu. Bref… j’étais dedans, pour de bon.

Stan’s Previously Owned Coffins

J’avais également proposé le personnage de Victor le Croquemort (qui a failli s’appeler Igor ou Hector), vers la fin de la production de l’épisode 3 (je remercie François, parce que je crois que j’ai enfin trouvé l’idée du personnage à quelques jours à peine de la sortie de l’épisode).

Victor le Croquemort, si vous cherchez mes influences, elles sont plutôt du côté vidéoludique, avec le personnage de Stan, dans la saga des Monkey Island, un vendeur sans scrupules, escroc et bonimenteur (et qui fait justement dans la vente de cercueils d’occasions dans Monkey Island 2). Et on peut dire que Latnel est vraiment excellent dans le rôle.

Bref, sans trop spoiler la fin d’épisode 4, Victor fait un peu office de transition entre cet épisode très Western et certaines scènes de l’épisode 5 qui feront plutôt hommage à Georges Romero, si vous voyez ce que je veux dire.

Après le pivot qu’avait constitué l’épisode 3, qui enclenchait véritablement le scénario de la saga, et présentait clairement les antagonistes des Pourfendeurs, j’ai rapidement voulu continuer dans cette direction, on savait quels points du scénario développer dans l’épisode, mais on avait pas forcément déterminé de quelle manière ils allaient apparaître.

Après une intro qui nous met direct dans l’ambiance, (merci à Oneshiro qui interprète superbement le barman), s’ensuit une scène « tendue », avec @now@n.

Archi Stanton est inteprété par Kwaam. Pas par Samuel Jackson. Mais le jeu d’acteur est aussi bon.

C’est là qu’intervient Archi Stanton (si quelqu’un trouve d’où vient le nom, je lui envoie un panier de myrtilles). Archi, c’est le mentor, vous savez, celui qu’on voit dans tous les films, quand le héros est paumé est qu’il a besoin d’être « guidé ». François m’a parlé de Kwaam pour le rôle Ça permettait aussi de développer l’idée que Jacob et Wilhelm n’étaient pas les seuls Pourfendeurs, et qu’il y en avait eu avant eux. Bref, la scène de la maison close, elle est sensée poser des jalons pour plus tard, vous l’aurez compris.

Après ça, s’enchaîne une scène où on comprend que les méchants on reprit l’avantage (faut dire que les deux frères sont un peu débiles et gardent dans leur voiture un GPS qu’on aurait viré depuis au moins deux épisodes à leur place… Mais les Pourfendeurs n’ont décidément pas les même réactions que monsieur et madame tout le monde) et on savait avant même d’entamer l’écriture de l’épisode qu’on allait terminer sur une « séparation » des deux frères, ce qui a également aiguillé mon choix pour la chanson de fin, avec déjà cette idée d’un blues, écrit en anglais (je crois que les paroles sont correctes, mais je serai jamais un grand auteur en anglais, je crois ^^), avec au milieu une voix féminine (on avait déjà Anya Kristen en tête, et le résultat est magistral, sa voix est superbe) et Jacob et Wilhelm de part et d’autre, séparés l’un de l’autre.

L’écriture terminée, j’ai envoyé le tout à François, un peu stressé parce que je ne savais pas si ça lui plairait et si je partais dans la bonne direction. Et à priori ça lui a bien plu. On a fait plusieurs relectures, François a fait de très bonnes suggestions, et m’a fait judicieusement remarquer qu’on tenait dans le script, le bon, la brute et le truand, avec les personnages d’Archi, de Miss Brown et de Victor. D’ailleurs les plus attentifs remarqueront que pour chacun, et c’est encore une idée de François, il existe une phrase contenant leur adjectif correspondant (Exemple pour Miss Brown, avec Jacob qui s’écrit « Aïe ! Non mais quelle brute ! »). J’ai failli rajouter un petit « indicatif » sonore à chaque fois, mais c’était pas très subtile honnêtement.

Ne me jugez pas, j’utilise Adobe Audition.

Le dérushage et le montage de l’épisode ont pris beauuucoup de temps, et pour cause, l’épisode dure plus de 27 minutes. Un épisode d’une telle durée, ça ne m’était pas arrivé depuis la saison 2 du Chevalier Bourré (5 ans donc, histoire de me rajeunir). C’était (et c’est toujours d’ailleurs) l’objet d’une de mes craintes, j’espère que ça ne fera pas décrocher les auditeurs, même si l’épisode est assez rythmé, en théorie. On a hésité à le couper en deux pendant un moment, le problème c’est que la césure arriverait soit avant soit après la scène chez Archi, ce qui ferait deux parties complètement déséquilibrées dans tout les cas. Du coup on s’est ravisé.

Pour la bande son, on s’en est donné à cœur joie, François et moi. François avait déjà eu l’occasion de composer des musiques de ce genre par le passé. Et comme je venais d’écouter pas mal de BO d’Ennio Morricone, j’étais plutôt dans le mood aussi (ouais je parle jeune, ouais). mon collègue m’a fait profiter de sa large palette de VST (des plugins audio), et de mon côté j’ai investi dans ce très moche plugin d’harmonica pour Kontakt, moche mais très efficace.

Parce que c’est connu, on joue beaucoup mieux de l’harmonica quand on a des post-it collés partout dessus

Je crois qu’on est tous les deux assez fiers de la bande son de cet épisode, je suis plutôt content de la chanson de fin également, globalement, je crois qu’il y a une vraie cohésion tout au long de l’épisode, avec même une « transition » vers l’épisode 5 avec la musique de la scène du cimetière, chez Victor.

Vous pouvez d’ailleurs d’ores et déjà écouter et télécharger la BO de l’épisode sur Bandcamp en cliquant ici

Bruitages artisanaux.

J’ai galéré sur le mixage, l’ambiance et les bruitages, je voulais qu’il y ait du détail. Mais ça, ça prend du temps. Exemple à la con, quand Jacob trimbale une boîte de cartouches de fusil. Impossible de trouver un bruitage correct mes sites internet habituels… Du coup j’ai choppé une petite boite métallique, l’ai remplie avec quelques grosses vis et l’ai secouée lentement pour obtenir l’effet escompté.

Bref, après avoir terminé la musique du cimetière un peu à l’arrache dans l’après-midi, j’ai terminé le mixage de l’épisode seulement lundi soir, et j’ai eu quelques sueurs froides au moment de l’export… Je venais de mettre à jour Adobe Audition en version 2018, et ça posait visiblement problème, car le projet avait été créé avec la version 2017… (Merci Adobe, vos logiciels sont toujours un exemple de stabilité)… Bref, à 21h30, je décide de réinstaller la version 2017, en espérant que le projet soit toujours lisible dessus, et que l’export se passe mieux. Miracle, ça fonctionne enfin, j’exporte l’épisode (pendant plus d’une demi-heure), et je fais le mastering (pour plus d’homogénéité, je m’en occupe sur chaque épisode) et piouuuf, j’envoie tout ça à François, qui s’occupe de mettre en vidéo chaque épisode, et de l’incorporer sur le site, sachant qu’il faut aussi exporter une version de l’épisode sans bruitages et musiques, avec uniquement les voix donc, pour l’effet d’ondes sonores sur la vidéo.

Bref, c’était un mois et demi durant lequel on a pas chômé ^^. Mais vivement le prochain épisode, tout de même, cela dit on ne se précipite pas, on vise début 2018 😉

Je me rends compte que mon article est déjà beaucoup trop long, et comme j’ai pas envie de vous emmerder plus longtemps, je vous donne trèèès rapidement des nouvelles de mes autres projets audio :

Les Contes de Fitzgerald – Livre III : Quatre épisodes écrits ! ça avance. J’aimerais terminer complètement l’écriture et dispatcher les rôles d’ici fin décembre. 

Le Chevalier Bourré – Saison 3 : Pour le moment, je me concentre sur Fitzgerald, histoire de terminer la saga correctement. Ensuite, promis, je reprends l’écriture de cette maudite saison 3. J’expliquerai d’ici peu pourquoi cette saison, c’est un peu l’arlésienne… Mais promis, elle verra le jour. À ce rythme là, peut-être pour fêter les 10 ans de la saga en 2019 ^^’ (nooon, pas frapper ! c’est une blague… enfin, je crois.)

Mono de Noël : Comme chaque année, je compte bien produire quelque chose pour Noël, j’ai quelques idées en tête, et maintenant que l’épisode 4 des Pourfendeurs est sorti, je vais pouvoir m’y mettre, ça va être ma priorité du mois de novembre (je suis très monotâche, vous l’aurez remarqué).

Voilà voilà, c’est tout pour le moment, promis, je vous oublie pas, vous aurez très bientôt de mes nouvelles 😉

 
9 Kudos
Ne bougez pas !

  • Génial ce retour sur l’écriture en elle même ! J’ai tellement hâte d’entendre le retour de Fitzgerald et du Chevalier Bourré !!!